Retour aux actualités

Le rapport d'activité 2011

Le rapport d'activité 2011 est paru. Pour tout savoir de l'année 2011 : les résultats de mesures, les études, la recherche, la communication. Il est disponible sur simple demande et téléchargeable depuis notre site internet.

2011 : les faits marquants…couverture du rapport d'activité 2011 de Lig'Air

 

SURVEILLANCE DES POLLUANTS RÉGLEMENTÉS

 

Mise en œuvre du nouveau Programme de surveillance de la qualité de l'air

2011 marque l'entrée dans la première année de mise en œuvre du PSQA, adopté fin 2010. Les principales modifications du réseau de mesures ont porté sur la surveillance du dioxyde de soufre et du monoxyde de carbone, avec l'arrêt des mesures en stations fixes pour ces deux polluants. Sur la base des résultats de l’évaluation préliminaire et en application de la directive européenne 2008/50/CE, la surveillance du SO2 et du CO est dorénavant réalisée par des campagnes de mesures à proximité de leurs sources d’émissions (industrielles pour le SO2 et routières pour le CO).

 

Des campagnes de mesures de l'impact automobile et industriel

La surveillance des polluants réglementés est assurée à l’aide de vingt-six stations fixes. L’évaluation de la qualité de l’air est complétée par un réseau de mesures indicatives, constitué de sept sites à proximité du trafic automobile. Des campagnes de mesures à l’aide des stations mobiles ont également été menées sur les communes de Cormery (37) et Saint-Rémy-sur-Avre (28), pour évaluer l’impact relatif à la circulation automobile, et sur la commune de Beffes (18) pour évaluer l’impact industriel.

 

Plusieurs épisodes de pollution liés aux particules en suspension,

à l'ozone et au dioxyde d'azote

L’année 2011 a été marquée par plusieurs épisodes de pollution. Une dizaine de dépassements du seuil d’information des particules en suspension PM10 ont été observés en hiver (janvier, mars et novembre). A noter que depuis début novembre, le seuil d’information et le seuil d’alerte ont été abaissés respectivement à 50 µg/m3/24h et 80 µg/m3/24h.

Concernant l’ozone, il n’a été constaté qu’un seul dépassement du seuil d’information sur Orléans en juin. Ce résultat s’explique notamment par un été humide et frais, peu propice à la production d’ozone.

Enfin, le seuil d’information en dioxyde d’azote a encore été dépassé trois fois cette année sur les stations trafic de Tours et Orléans.

Concernant le respect des valeurs limites, le dioxyde d’azote a enregistré pour la troisième année consécutive un dépassement de sa valeur limite fixée à 40 µg/m3 sur la station « trafic » de Tours. La station trafic à Orléans affiche une valeur juste à 40 µg/m3. Cette situation est confirmée par les résultats du réseau de mesures indicatives. Aucun dépassement de la valeur limite n’est constaté pour les autres polluants mesurés (particules PM10 et PM2,5 , benzène et plomb). De même, les valeurs cibles des métaux (arsenic, cadmium, nickel) et du benzo(a)pyrène sont largement respectées. Toutefois, les objectifs de qualité, valeurs à atteindre à long terme, sont dépassés pour l’ozone, le dioxyde d’azote, le benzène et les particules PM2,5.

 

 

SURVEILLANCE DES PESTICIDES

 

12 pesticides détectés sur 61 suivis : une tendance à la baisse

Les mesures menées du 6 avril au 10 août 2011 sur les cinq sites de surveillance ont permis de suivre soixante-et-un pesticides dont douze ne sont plus utilisés. Le bilan fait apparaître la détection de douze pesticides. Ce nombre est en baisse par rapport à 2010, année au cours de laquelle quinze molécules avaient été détectées, confirmant ainsi une tendance déjà observée l’année dernière.

Un fait marquant en 2011 est l’absence de détection du lindane sur un site. De plus, les concentrations de cet insecticide interdit à l’utilisation depuis 1998, ne cessent de décroître pour atteindre les niveaux les plus bas depuis le lancement des mesures en région Centre.

A contrario, le chlorothalonil, fongicide à large spectre d’action, présente les concentrations les plus élevées jamais observées. Avec la fréquence de détection la plus élevée, il s’impose comme le pesticide le plus présent dans l’atmosphère.

Enfin la trifluraline n’a été détectée sur aucun des sites alors qu’elle était l'une des molécules les plus fréquemment retrouvées dans les prélèvements avant 2008, date de son interdiction d’utilisation.

Contrairement aux dernières années, l’année 2011 est caractérisée par une augmentation des deux indicateurs, « cumul moyen des concentrations » et « indice phyto », notamment à cause des fortes concentrations de chlorothalonil. En revanche, le nombre moyen de pesticides détectés par site est plutôt stable.

 

 

PLANS DE PROTECTION DE L'ATMOSPHÈRE DE TOURS ET D'ORLÉANS

 

Deux grandes campagnes de mesures

Dans le cadre des Plans de protection de l’atmosphère (PPA) de Tours et Orléans, Lig’Air a mené deux campagnes de mesures de grande ampleur tant par le nombre de sites instrumentés que par la durée.

Afin d’approcher la représentativité du dépassement de la valeur limite observé sur les capteurs trafic, des mesures de NO2 par tubes passifs ont ainsi été réalisées sur une cinquantaine de sites dans un périmètre proche du lieu des dépassements. A Tours, le dispositif a été complété par trois stations mobiles dont deux à proximité du trafic automobile et une en situation de fond urbain.

Les résultats mettent en évidence un risque de dépassement de la valeur limite en NO2 sur plusieurs axes pris en compte dans cette étude, caractérisant ainsi une problématique beaucoup plus étendue qu’au point de mesures permanent.

Ces résultats seront exploités en 2012 en collaboration avec le Laboratoire central de surveillance de la qualité de l’air (LCSQA) afin d’élaborer des modèles statistiques issus de campagnes de mesures multipoints et d’approcher une méthode d’élaboration des cartographies d’exposition autour des stations en dépassement.

 

 

SCHÉMA RÉGIONAL CLIMAT-AIR-ÉNERGIE

 

Cartographie des zones sensibles : 141 communes concernées

Dans le cadre de l’élaboration du SRCAE, Lig’Air a produit une carte des zones sensibles selon une méthode nationale développée par le LCSQA. Ces zones sensibles donnent une priorité à la qualité de l’air dans les actions mises en œuvre pour réduire les émissions notamment au regard de possibles antagonismes avec les aspects relatifs au changement climatique ou à l’énergie.

En région Centre, elles ont été élaborées à partir d’un critère de surémission de NOx par rapport à une moyenne nationale, le dioxyde d’azote étant le polluant pour lequel des dépassements de valeur limite sont constatés.

Les zones sensibles sont ensuite sélectionnées selon des critères d’exposition de la population (zone habitée) et de protection des écosystèmes (espace naturel protégé). Au final, 141 communes de la région sont dites sensibles et 1 125 000 habitants environ sont concernés. Ces zones sensibles représentent 6,9% du territoire et regroupent près de 45% de la population régionale.

 

Un cadastre des émissions de polluants et de gaz à effet de serre (GES)

En 2011, un cadastre des émissions d’une quarantaine de polluants et gaz à effet de serre sur la région Centre a été produit par Lig’Air pour l’année de référence 2008. Ce nouveau bilan régional prend en compte pour la première fois les émissions des GES fluorés (HFC, PFC, SF6), les émissions de CO2 issues de la consommation électrique et les puits de carbone.

Ce cadastre des émissions est repris dans l’état des lieux du SRCAE, comme donnée de référence pour les émissions de GES. Cet outil sera également utile aux Plans climat-énergie territoriaux pour connaître la répartition des gaz à effet de serre sur le territoire concerné et de suivre leur évolution.

Afin d’améliorer les prévisions de la qualité de l’air à l’échelle régionale, ce cadastre des émissions est intégré dans le modèle de prévision et de modélisation Esmeralda, outil mutualisé entre neuf AASQA (Associations agréées de surveillance de la qualité de l'air).

 

 

AIR INTÉRIEUR

 

Ecoles et crèches : une campagne pilote de mesure de la qualité de l’air intérieur

Au cours de l’année scolaire 2010-2011, treize écoles et crèches de la région Centre ont fait l’objet de mesures de formaldéhyde et de benzène dans le cadre de la seconde phase de la campagne pilote nationale, organisée par les ministères chargés de l’écologie et de la santé.

Les résultats finaux montrent qu’aucun dépassement de la valeur-guide pour une exposition de longue durée au benzène n’a été constaté au cours de cette étude. Concernant le formaldéhyde, près de 77% des établissements présentent des concentrations inférieures à la valeur guide à atteindre en 2015 (30 µg/m3). Cependant, un établissement a connu un dépassement de la valeur de 100 µg/m3 nécessitant une action rapide pour améliorer la situation. Un dépassement de la valeur d’information et de recommandation fixée à 50 µg/m3 a également été observé dans un autre établissement. Des investigations complémentaires sont programmées en 2012 avec le LCSQA pour comprendre les causes et cibler les recommandations nécessaires à la réduction des niveaux de formaldéhyde dans la salle de classe.

 

Home’Air : six bâtiments basse-consommation (BBC) évalués

A la demande de la Région Centre, Lig’Air a mené une première évaluation de la qualité de l'air intérieur de six maisons BBC (Bâtiments basse consommation). Cette étude visait une trentaine de polluants (le dioxyde d’azote, le formaldéhyde et ses homologues, les BTEX, des COVs, les acariens). Des mesures complémentaires de particules en suspension PM2,5 ont été réalisées dans deux maisons. Les premiers résultats montrent que les concentrations de chaque polluant présentent une variabilité d’une maison à l’autre indiquant une dépendance vis-à-vis du comportement des occupants, des matériaux de construction, du mobilier et de l’environnement extérieur de chaque maison. La valeur-guide 2015 pour le formaldéhyde est dépassée dans une seule maison tandis que la valeur à atteindre en 2023 est respectée dans une seule maison.

Concernant le benzène, la valeur-guide à atteindre en 2013 est respectée dans toutes les maisons. Enfin, il est constaté des concentrations élevées de l’alpha-pinène (de la famille des terpènes) dans les maisons où des matériaux de construction et du mobilier en bois sont très présents. De par leur réactivité atmosphérique, les terpènes sont des précurseurs potentiels de la formation secondaire de formaldéhyde. A noter que la formation secondaire de formaldéhyde dans les espaces clos sera étudiée dans l’étude Formul’Air lancée cette année en collaboration avec le laboratoire de recherche Icare (CNRS Orléans).

 

Un lycée technique de Tours investigué

En collaboration avec la Région Centre, Lig’Air a conduit une étude de mesure de la qualité de l’air intérieur dans un lycée technique de Tours. Un premier objectif était l’évaluation des niveaux enregistrés dans des salles dédiées à des travaux nécessitant certaines pratiques et l’utilisation de produits spécifiques.

Ainsi, une dizaine de classes de cours et travaux pratiques ont été échantillonnées en avril 2011 pendant une semaine afin d’évaluer les teneurs des aldéhydes et des composés organiques volatils.

Un second objectif était la sensibilisation des enseignants et des élèves à la problématique de la qualité de l’air intérieur, dans le cadre d’un projet pédagogique « Lycéen citoyen ». A cet effet, les élèves ont réalisé une exposition sur les résultats obtenus.

 

 

COMMUNICATION

 

Création d'une exposition sur les gaz à effet de serre (GES)

Ces dernières années, Lig’Air a élargi sa compétence à la thématique du changement climatique à travers la réalisation d’inventaires d’émissions de gaz à effet de serre. La communication a dû être adaptée à cette thématique. Une exposition de six panneaux relatifs aux GES a ainsi vu le jour en 2011. Cette exposition a été présentée la première fois à l’occasion de la Fête de la Science dont le thème était le climat.

 

Interventions de Lig'Air dans plusieurs congrès et colloques…

Lig’Air a participé au premier congrès régional "Santé publique et environnement" organisé par l'Agence régionale de santé du Centre et la Fédération régionale des acteurs en promotion de la santé (FRAPS) qui s’est tenu le 16 juin 2011. La présentation des travaux de l'association a été réalisée dans le cadre de l’atelier « Santé et qualité de l’air ».

Lig’Air est intervenu au premier colloque francophone sur les Polluants organiques générés par l’agriculture et les transports à Agadir (Maroc) du 24 au 27 octobre 2011, organisé par l’Ecole nationale des sciences appliquées d’Agadir en collaboration avec le laboratoire de recherche Icare. La conférence présentée par Lig’Air avait pour sujet la contamination de l’air par les pesticides.

 

 

QUALITÉ

 

Mise en place mutualisée d’un Système de management de la qualité

Dans le cadre de la convention de collaboration entre Atmo Auvergne et Lig’Air, Lig'Air a poursuivi son action de mutualisation dans la mise en place d’un Système de management de la qualité selon la norme Iso 9001. Deux audits initiaux ont été réalisés en mars 2011 au sein de la structure. Le premier a porté sur la partie management et a été réalisé par un consultant travaillant pour les deux AASQA. Le second était axé sur la partie technique et a été réalisé par Airparif.

La qualité a été mise progressivement en place durant le second semestre avec notamment la définition de la politique qualité de Lig'Air et la réalisation de la cartographie des processus.

Cette démarche qualité se poursuivra en 2012 avec pour objectif principal l’obtention de la certification en fin d’année.

 

Télécharger le rapport d'activité 2011 de Lig'Air