La procédure d'information et d'alerte en région Centre-Val de Loire

La région Centre-Val de Loire est dotée de 6 arrêtés préfectoraux départementaux destinés à alerter et informer la population en cas d’épisode de pollution atmosphérique.

 

Zone concernée

Polluants concernés

Zone d’application de l’arrêté préfectoral

N° de l’arrêté (en vigueur)

Cher

O3, NO2 et PM10

Département

 2016-1-0453 du 13 mai 2016

Eure-et-Loir

O3, NO2 et PM10

Département

Préf-CABINET-SIDPC 15-11/01 du 20 novembre 2015

Indre

O3, NO2 et PM10

Département

30 décembre 2015

Indre-et-Loire

O3, NO2 et PM10

Département

2015/12 du 12 novembre 2015

Loir-et-Cher

O3, NO2 et PM10

Département

41-2015-11-09-002 du 09 novembre 2015

Loiret

O3, NO2 et PM10

Département

01 octobre 2015

 

Lorsqu’un dépassement est prévu par modélisation ou constaté par mesure, Lig’Air déclenche une information suivant les dispositions de l’arrêté préfectoral auprès de la préfecture concernée qui procédera à une information de la population.

L’information est aussi mise en ligne sur le site internet de Lig’Air.

 

Comment fonctionne une procédure ?

 

Les critères de déclenchement de la procédure

 

Les recommandations sanitaires en cas d'épisodes de pollution

 

Comment fonctionne une procédure ?

Une procédure organise une série d'actions et de mesures d'urgence afin de réduire ou de supprimer l'émission de polluants dans l'atmosphère en cas de pointe de pollution atmosphérique. L'objectif est de limiter les effets sur la santé humaine et sur l'environnement.

 

Elle concerne une agglomération ou un département dans son ensemble, et s'applique à 3 polluants :

  • Ozone (O3)
  • Dioxyde d'azote (NO2)
  • Particules en suspension (PM10)

Elle comporte deux niveaux de gravité croissante :

 

Niveau d'information et de recommandation :

Ce niveau est déclenché lorsque le seuil d'information d'un des trois polluants est atteint. Le seuil d'information correspond à un niveau de concentration de polluants dans l'atmosphère au-delà duquel une exposition de courte durée présente un risque pour la santé humaine de groupes particulièrement sensibles au sein de la population, justifiant des mesures d’information et de recommandation pour réduire certaines sources.

 

Il comprend des actions d'information de la population, des recommandations sanitaires aux catégories de la population particulièrement sensibles en cas d'exposition de courte durée, ainsi que des recommandations et des mesures visant à réduire certaines des émissions polluantes, comme la recommandation faite par les autorités aux conducteurs de véhicules à moteur de limiter leur vitesse.

 

Niveau d'alerte :

Ce niveau est déclenché lorsque le seuil d'alerte d'un des trois polluants est atteint ou risque de l'être. Le seuil d'alerte correspond à un niveau de concentration de polluants dans l'atmosphère au-delà duquel une exposition de courte durée présente un risque pour la santé de l'ensemble de la population ou de dégradation de l'environnement, justifiant l'intervention de mesures d'urgence.

 

Polluant

Seuil d'information et de

recommandations

Seuil d'alerte
Ozone O3 180 µg/m3/h

Niveau 1 : 240 µg/m3/3h

Niveau 2 : 300 µg/m3/3h

Niveau 3 : 360 µg/m3/h

Dioxyde d'azote NO2 200 µg/m3/h 400 µg/m3/h
Particules en suspension PM10 50 µg/m3/24h 80 µg/m3/24h

 

Les critères de déclenchement de la procédure

La procédure est déclenchée pour un polluant sur constat de dépassement du seuil correspondant ou sur prévision d'un risque de dépassement par Lig'Air. Une fois la procédure déclenchée, les actions d'information, les recommandations et les mesures de restriction de la pollution définies par la procédure rentrent en vigueur pour 24 heures. Elles sont renouvelées si besoin.

 

Critères de dépassement des seuils :

 

Pour l'ozone et le dioxyde d'azote : le dépassement du seuil de déclenchement de la procédure (niveau d'information ou d'alerte) doit être constaté de manière simultanée sur deux stations de mesure du réseau de surveillance de Lig'Air, dont au moins une station de fond.

Pour les particules en suspension : la procédure est déclenchée lorsque le seuil d'information et de recommandation ou le seuil d'alerte est dépassé sur une ou deux stations dont au moins une de fond, selon l'équipement de l'agglomération.

 

Les recommandations sanitaires en cas d'épisodes de pollution

Le Conseil supérieur d'hygiène publique de France (CSHPF) souligne que la situation lors d'un épisode de pollution ne justifie pas des mesures de confinement ; il convient donc de ne pas modifier les pratiques habituelles d'aération et de ventilation. Le Conseil recommande aux patients souffrant d'une pathologie chronique, asthmatiques, insuffisants respiratoires ou cardiaques de respecter rigoureusement leur traitement de fond, d'être vigilants par rapport à toute aggravation de leur état et de ne pas hésiter à consulter leur médecin. Il rappelle aux patients asthmatiques qui sont sujets à des crises d'asthme déclenchées par l'effort qu'ils peuvent, lors des épisodes de pollution atmosphérique, avoir recours à un bronchodilatateur inhalé en prévention, selon les recommandations de leur médecin traitant.

 

À partir du seuil d'information, il est recommandé de ne pas modifier les activités sportives sauf pour les sujets connus comme étant sensibles ou qui présenteraient une gêne à cette occasion.

À partir du seuil d'alerte, il est recommandé d'éviter les activités sportives intenses.

Plus de précisions sur la conduite à tenir en cas d'épisode de pollution sont disponibles sur les recommandations sanitaires du 20 août 2014.