L'incertitude définit l'intervalle dans lequel la valeur vraie se situe et avec quelle probabilité.

Cette incertitude, affectée au résultat de mesure, caractérise la qualité du résultat produit :

plus l'incertitude associée au résultat sera faible, meilleur sera ce résultat.

 

Lorsque l'on réalise une mesure, le résultat produit est associé avec un certain degré d'incertitude. En effet, selon l'appareil de mesure utilisé, les conditions dans lesquelles sont réalisées les essais et un certain nombre d'autres paramètres occasionnent une dispersion sur les résultats produits. C'est pour quantifier cette variation qu'il est défini une incertitude pour toute mesure produite.

 

Le calcul de l'incertitude

Le calcul de l'incertitude tient compte des différentes composantes de la mesure et de chacune de ses étapes. Les erreurs peuvent être dues au prélèvement, aux caractéristiques des analyseurs (linéarité, reproductibilité en zéro et au point de consigne, temps de réponse, interférents), à l'acquisition des résultats de mesure fournis par l'analyseur, à l'arrondi du résultat de mesure stocké dans la base de données ainsi qu'aux erreurs des étalons décrits dans la chaîne d'étalonnage. La justesse du résultat de mesure est liée à l'écart entre l'étalon utilisé et la lecture de cet étalon sur l'analyseur du site de mesure. Cet écart est corrigé sur le site en réglant l'analyseur.

 

Les définitions pour l'incertitude

Élargie : l'incertitude de mesure élargie correspond à un niveau de confiance de 95%, ce qui signifie que l'on a 95% de chance de trouver la valeur vraie dans l'intervalle précisé.

Prélèvement : incertitude due au moyen permettant d'acheminer l'air de la tête de prélèvement jusqu'à l'analyseur.

Raccordement : incertitude due à chacune des étapes de maintenance et de réglage de l'analyseur.

Linéarité : incertitude due à l'écart entre les mesures et la droite théorique de réglage.

Reproductibilité : incertitude due à l'écart entre deux analyseurs du même type.

Dérive : incertitude due au comportement de l'analyseur dans le temps.

Coefficient de sensibilité : incertitude reflétant l'impact d'un paramètre (pression, tension, humidité, température) sur la qualité de la donnée.

Interférents : incertitude reflétant l'impact d'un autre polluant (que celui mesuré par l'appareil) sur la mesure.

Autres : somme des autres incertitudes qui restent négligeables par rapport aux quatre incertitudes précédentes et qui regroupent des traitements informatiques, les acquisitions, les arrondies...

 

Le contexte réglementaire

Pour toutes ses mesures de concentrations de polluants dans l'air ambiant, Lig'Air doit répondre aux exigences :

  • du Décret 2010-1250 du 21 octobre 2010 par lequel a été transposé la Directive 2008/50/CE du Parlement Européen et du Conseil du 21 mai 2008 concernant la qualité de l’air ambiant et un air pur pour l’Europe.
  • de la Directive 2004/107/CE du Parlement Européen et du Conseil du 15 décembre 2004 concernant l’arsenic, le cadmium, le mercure, le nickel et les hydrocarbures aromatiques polycycliques dans l’air ambiant.

Dans ces textes sont notamment précisés que :

  • pour une mesure fixe en continu (à utiliser lorsque les résultats trouvés sont supérieurs à des seuils d’évaluation déterminés pour chaque polluant), l’exigence doit être évaluée conformément aux principes énoncées dans le GUM ou à la méthodologie prévue dans la norme 5725-1 «Exactitude (justesse et fidélité) des résultats et méthodes de mesure » ;
  • la valeur de l’incertitude fournie (15%) est applicable dans la plage de la concentration servant de seuil (valeurs cibles et objectifs de qualité par exemple).

 

L'évaluation des incertitudes pour les polluants réglementés

Le tableau suivant récapitule les objectifs de qualité et valeurs limites soumis au calcul des incertitudes.

 

Année 2018