EPISODE DE POLLUTION

Aucun épisode de pollution n'est en cours actuellement sur la région Centre-Val de Loire.

Département Ozone Dioxyde d'azote Particules en suspension
État Tendance État Tendance État Tendance
Cher - 18
Eure-et-Loir - 28
Indre - 36
Indre-et-Loire - 37
Loir-et-Cher - 41
Loiret - 45

Légende

  • Pas d'alerte
  • Niveau d'information et de recommandation
  • Niveau d'alerte
  • Dégradation de la qualité de l'air
  • Stabilité de la qualité de l'air
  • Amélioration de la qualité de l'air
  • Aucune donnée

Tableau mis à jour le 22/06/2017 à 09h30

***********************************

 

LES RECOMMANDATIONS SANITAIRES GENERALES

 

Le principal impact sanitaire de la pollution de l'air est lié à une exposition à des niveaux moyens de pollutions observés sur plusieurs années.

Cette pollution chronique peut notamment provoquer des cancers et réduire l'espérance de vie de plusieurs mois (perte d’environ 8 mois à Orléans et Tours pour un adulte de plus de 30 ans).

Pour une exposition ponctuelle, sur le court terme, le pic de pollution observé peut provoquer ou amplifier divers symptômes, en particulier d'ordre respiratoire ou cardiovasculaire et affecter plus particulièrement les populations sensibles ou vulnérables.

 

 

Polluant

Niveau
de pollution

Ozone (O3)

Particules en suspension (PM10)
ou
Dioxyde d’azote (NO2)

pas d'alerte Pas d'alerte

Il n’y a pas de recommandation particulière. Vous pouvez toutefois ressentir des symptômes en dehors des épisodes de pollution, en particulier si vous faites partie des populations sensibles ou vulnérable.

Vous pouvez vous abonner au service Sentimail’.

 Niveau d'information
et de recommandation

Cet épisode de pollution ne nécessite pas, pour la population générale, de modifier ses activités habituelles.

Il convient de maintenir les pratiques habituelles de ventilation et d’aération (la situation, lors d’un épisode de pollution, ne justifie pas des mesures de confinement) et de ne pas aggraver les effets de cette pollution en s’exposant à des facteurs irritants supplémentaires : fumée de tabac, utilisation de solvants en espace intérieur, exposition aux pollens en saison …

Il est recommandé aux personnes vulnérables* ou sensibles** :

• de limiter les sorties durant l'après-midi,

• de limiter les activités physiques et sportives intenses (dont les compétitions) en plein air ; celles à l'intérieur peuvent être maintenues,

• en cas de symptômes ou d’inquiétude, de prendre conseil auprès de son pharmacien ou de consulter son médecin.

Cet épisode de pollution ne nécessite pas, pour la population générale, de modifier ses activités habituelles.

Il convient de maintenir les pratiques habituelles de ventilation et d’aération (la situation, lors d’un épisode de pollution, ne justifie pas des mesures de confinement) et de ne pas aggraver les effets de cette pollution en s’exposant à des facteurs irritants supplémentaires : fumée de tabac, utilisation de solvants en espace intérieur, chauffage au bois, exposition aux pollens en saison …

Il est recommandé aux personnes vulnérables* ou sensibles** :

• de limiter les activités physiques et sportives intenses (dont les compétitions), autant en plein air qu'à l'intérieur,

• de limiter les déplacements sur les grands axes routiers et à leurs abords en période de pointe,

• en cas de symptômes ou d’inquiétude, de prendre conseil auprès de son pharmacien ou de consulter son médecin.

 Niveau d'alerte

Il est recommandé à toute la population :

- de réduire les activités physiques et sportives intenses (dont les compétitions) en extérieur ; celles se déroulant en intérieur peuvent être maintenues,

- en cas de gêne respiratoire ou cardiaque (par exemple essoufflements, sifflements, palpitations …), de prendre conseil auprès de son pharmacien ou consulter son médecin.

Toutefois, il convient de maintenir les pratiques habituelles de ventilation et d’aération (la situation, lors d’un épisode de pollution, ne justifie pas des mesures de confinement) et de ne pas aggraver les effets de cette pollution en s’exposant à des facteurs irritants supplémentaires : fumée de tabac, utilisation de solvants en espace intérieur, exposition aux pollens en saison …

Il est de plus recommandé aux personnes vulnérables* ou sensibles** :

• d’éviter les sorties durant l'après-midi,

• d’éviter les activités physiques et sportives intenses (dont les compétitions) en plein air ; celles peu intenses à l'intérieur peuvent être maintenues,

• en cas de gêne respiratoire ou cardiaque (essoufflement, sifflements, palpitations) :

- de prendre conseil auprès de son pharmacien ou de consulter son médecin notamment pour savoir si son traitement médical doit être adapté,

- de privilégier des sorties brèves et demandant le moins d’effort.

Il est recommandé à toute la population :

- de réduire les activités physiques et sportives intenses (dont les compétitions),

- en cas de gêne respiratoire ou cardiaque (par exemple essoufflements, sifflements, palpitations …), de prendre conseil auprès de son pharmacien ou consulter son médecin.

Toutefois, il convient de maintenir les pratiques habituelles de ventilation et d’aération (la situation, lors d’un épisode de pollution, ne justifie pas des mesures de confinement) et de ne pas aggraver les effets de cette pollution en s’exposant à des facteurs irritants supplémentaires : fumée de tabac, utilisation de solvants en espace intérieur, chauffage au bois, exposition aux pollens en saison, …

Il est de plus recommandé aux personnes vulnérables* ou sensibles** :

• d’éviter les déplacements sur les grands axes routiers et à leurs abords, aux périodes de pointe,

• de reporter les activités qui demandent le plus d’efforts, en particulier les activités physiques et sportives intenses (dont les compétitions), autant en plein air qu’à l’intérieur,

• en cas de gêne respiratoire ou cardiaque (essoufflement, sifflements, palpitations) :

- de prendre conseil auprès de son pharmacien ou de consulter son médecin notamment pour savoir si son traitement médical doit être adapté,

- de privilégier des sorties brèves et demandant le moins d’effort.

* personnes vulnérables : femmes enceintes, nourrissons et jeunes enfants, personnes de plus de 65 ans, personnes asthmatiques, personnes souffrant de pathologies cardiovasculaires, insuffisants cardiaques ou respiratoires ...

** personnes sensibles : personnes se reconnaissant comme sensibles lors des pics de pollution et/ou dont les symptômes apparaissant ou sont amplifiés lors des pics, par exemple les personnes diabétiques ou immunodéprimées, les personnes souffrant d’affections neurologiques ou à risque cardiaque, respiratoire, infectieux.

  

 

Pour plus d'informations sur :

  • l'historique des dépassements, cliquer ici.

 

Et si je m'abonnais ... pour rester informé ?

Accèdez à votre compte en cliquant ici pour vous abonner aux alertes.